Besoin d'aide? 01 77 86 80 97 ou Contactez-nous | Vous êtes un pro? 01 77 86 71 91 ou www.quotatispro.fr

Le choix d’un système de chauffage par le sol est synonyme de confort. Il existe deux types de planchers chauffants : à eau chaude ou électrique. Quel qu’il soit, le plancher chauffant nécessite un gros investissement et une mise en œuvre délicate qui doit être réalisée par des professionnels qualifiés. Quotatis vous livre les avantages et les inconvénients de ce mode de chauffage.

Qu’il soit à eau chaude ou électrique, le plancher chauffant offre une chaleur homogène dans toutes les pièces de la maison puisqu’il diffuse la chaleur par rayonnement, qui évite en plus le déplacement de la poussière. Totalement invisible, il promet un gain d’espace sur les murs et peut même apporter une solution pour rafraîchir votre maison l’été, si vous choisissez une version hydraulique réversible. Le plancher chauffant permet de réaliser de notables économies d’énergie à condition d’être relié à des équipements dits éco-performants que sont la chaudière à condensation, la chaudière basse température, la pompe à chaleur ou encore des capteurs solaires.

Opter pour un plancher chauffant à eau

Le plancher chauffant à eau ou hydraulique fonctionne comme un chauffage central, grâce à un réseau de tubes, en matériaux synthétiques (PER) ou en cuivre recuit (de moins en moins utilisé aujourd’hui car trop onéreux). Tous les modèles actuels sont désormais à basse température, limitée à 28°C, ce qui évite le fameux phénomène de «jambes lourdes» qui était le plus gros inconvénient des planchers chauffants de première génération.

Pas question de minimiser la mise en œuvre : la pose d’un plancher chauffant est une opération complexe et relativement onéreuse. L’installateur doit au préalable faire une étude au cas par cas afin d’optimiser votre confort. Les circuits hydrauliques doivent être répartis selon la surface à équiper, la fonction des pièces, l’épaisseur de la chape d’enrobage et le choix du revêtement de sol. Les collecteurs, en métal ou en matériau synthétique, comportent plusieurs types de vannes qui permettent notamment d’équilibrer la température de l’eau de départ ou de contrôler le retour d’eau froide.

A noter : il est interdit d’incorporer des canalisations électriques ou sanitaires dans le plancher chauffant.

Les +
– Homogénéité du chauffage
– Économie d’énergie
– Esthétique

Les –
– Mise en œuvre complexe
– Immobilisation du logement
– Coût élevé : entre 70 et 100 € le m2

Faire installer un plancher chauffant électrique

Le plancher rayonnant électrique ou PRE fonctionne grâce une résistance électrique noyée dans la dalle. On déroule cette résistance et on la fixe sur une trame sur toute la surface du sol. Des bandes périphériques permettent de désolidariser le plancher chauffant des murs environnants. Le raccordement au secteur s’effectue grâce à un câble à trois conducteurs (N, Ph + T). Comme le plancher chauffant hydraulique, la version électrique fonctionne comme un énorme radiateur rayonnant dont la température n’excède jamais 28°C. C’est un installateur spécialisé qui peut étudier le dimensionnement nécessaire et juger de vos besoins en fonction des dimensions des pièces et du degré d’isolation de la maison. Pour être plus performant, le plancher chauffant électrique doit être raccordé à un thermostat qui vous permettra de réguler votre chauffage en fonction de vos besoins.

Il existe également des planchers électriques à accumulation. Ceux-ci sont couplés à des émetteurs d’appoint tels que des radiateurs ou des plinthes électriques. Ce type de plancher stocke la chaleur générée la nuit en se servant de l’inertie de la dalle de béton intégrée et la restitue le jour.

Les +
– Chaleur homogène
– Moins onéreux que le plancher hydraulique : comptez entre 40 et 50 € le m2

Les –
– Problème d’inertie : la montée et la descente en température sont assez lentes
– N’accepte pas tous les revêtements de sol
– Pas de possibilité de rafraîchissement

neue heizung

Isolation obligatoire et plancher chauffant

Pour les planchers chauffants installés au rez-de-chaussée, il est nécessaire de bien isoler car ces pièces de vie sont souvent positionnées au-dessus d’espaces non chauffés comme le vide-sanitaire ou le sous-sol. Une bonne isolation permet d’éviter jusqu’à 10% de déperditions thermiques !

Plusieurs types d’isolants peuvent être employés mais doivent être certifiés Acermi : mousse de polyuréthane, polystyrène expansé ou extrudé, proposés en plaques planes ou à plots :

  • Les plaques planes sont quadrillées pour faciliter l’installation mais la mise en place reste complexe. Les tubes sont maintenus avec des agrafes. Les caractéristiques thermiques de ces plaques planes sont bonnes.
  • Les plaques à plots permettent un placement plus facile des tubes, les écarts étant directement intégrés avec les plots. C’est une solution économique mais la performance thermique est beaucoup moins élevé que les plaques planes.
  • Pour les planchers électriques, on utilise des plaques planes sur lesquelles un treillis est posé. Les résistances sont fixées sur ce treillis. Certaines résistances sont d’ailleurs vendues directement attachées sur le treillis qu’il suffit de dérouler.

L’entreprise spécialisée dans la pose de votre plancher chauffant doit se référer au DTU (Document Technique Unifié) 64.14 qui donne les exigences minimales d’isolation thermique concernant l’isolant, selon le cas où la pièce à chauffer est sur un terre plein, sur vide sanitaire ou sur une autre pièce chauffée. L’isolation thermique minimum même sur pièce chauffée doit être supérieure à 0,75 m2°C/W.

Pour le plancher chauffant électrique, l’isolant doit proposer une résistance thermique au moins égale à 2,5 m2 K/W s’il est en contact avec l’extérieur, de 2,2 m2 K/W s’il est en contact avec une pièce non chauffée et de 1 m2 K/W s’il est au-dessus d’une autre pièce chauffée.

En rénovation, problème de réservation

  • Dans une construction neuve, la pose d’un plancher chauffant est étudiée dès le départ, donc pas de soucis même si l’épaisseur tout compris (plancher, isolation et chape) dépasse souvent 10 cm.
  • En revanche, en rénovation, l’épaisseur du plancher chauffant réduit la hauteur sous plafond et peut induire de réhausser les portes, portes-fenêtres et baies vitrées. Il faut alors opter pour un procédé le plus mince possible qui réduit de moitié la hauteur de réservation. Aujourd’hui, il en existe de faible épaisseur et de faible poids.

Tous les revêtements de sol sont-ils adaptés ?

Certains revêtements de sol favorisent la conduction de la chaleur :

  • Le carrelage ou les pierres naturelles sont à prescrire de préférence car ils véhiculent très bien la chaleur.
  • Pour les parquets, il est préférable d’éviter certaines essences qui risquent de se déformer comme l’érable ou le hêtre.
  • Vérifiez bien la compatibilité des parquets flottants avec le chauffage par le sol (c’est en général indiqué par le fabricant), parce que la lame d’air présente peut freiner la diffusion de la chaleur.
  • La moquette n’est pas conseillée, à moins de choisir un aiguilleté très fin, car elle étouffe la chaleur. Oubliez aussi les épais tapis.

Plancher chauffant : réversible ou pas ?

Il existe des planchers chauffants à eau réversibles qui permettent d’abaisser la température de 3 à 5°C en fonction de l’isolation de la maison, pendant les périodes les plus chaudes. Ces planchers doivent être associés et raccordés à un système de production d’eau glacée en plus de la production d’eau chaude ou à une pompe à chaleur réversible.

Cette réversibilité n’est absolument pas possible avec des planchers chauffants électriques !

Quid des aides ?

Bien que fonctionnant à basse température, les planchers chauffants ne sont malheureusement plus éligibles au crédit d’impôt depuis la mise en place du CITE, mais l’isolation du plancher, la source de production de chaleur grâce à des appareils éco-énergétiques et les appareils de régulation peuvent vous permettre d’obtenir certaines aides. Vérifiez également ce que peut vous proposer l’Anah ainsi que certains distributeurs d’énergie pour vous aider à installer ce type de chauffage un peu coûteux.

Publié par Sylvie Lenormand

 


Devis Chauffage gratuits en 1 minute !

Share.